Publics & thérapies2016-12-08T18:05:35+00:00

Publics & thérapies

Enfants

Les symptômes que peut présenter l’enfant expriment une souffrance psychique tout comme l’adulte.

Les motifs de consultations sont variés et différent en fonction des individus.

On retrouve le plus souvent :

  • les troubles du sommeil et de l’endormissement, les troubles sphinctériens (constipations à répétition, énurésie, encoprésie…), les troubles liés à l’alimentation …
  • Angoisse, anxiété, phobies (scolaire ou autres), troubles des apprentissages, difficultés scolaires…
  • Troubles du comportement, troubles de l’attention et de la concentration, hyperactivité, agressivité, colères…
  • Handicap de l’enfant

La traversée d’un moment de vie difficile (divorce, deuil, redoublement scolaire, entrée à l’école…) ou l’exposition à une situation traumatique (agression, racket, accident….) peuvent également être à l’origine d’une demande d’étayage psychologique de l’enfant.

La première consultation se déroule en présence de l’enfant et ses parents (a minima de l’un des deux). On retrace alors ensemble les difficultés actuelles de l’enfant et son histoire.  Par la suite, les consultations se déroulent en présence de l’enfant seul. Au cours des entretiens avec l’enfant, différentes médiations sont utilisées afin d’aider l’enfant à exprimer ses difficultés. Les parents restent acteurs dans la thérapie de leur enfant puisqu’on fait le lien à chaque séance avec eux et qui leur est proposé de faire des rencontres régulières pour faire le point sur nos observations respectives et sur l’avancée de la thérapie.

Adolescents

L’adolescence est une période difficile autant pour l’adolescent que pour son entourage. Il fait face à de nombreuses transformations psychiques. En quittant le monde de l’enfance pour retrouver celui des adultes, il doit changer en restant le même, son identité est questionnée et il peut se retrouver fragilisé par tout ce qu’il vit.

Cette période peut mettre à mal les parents dans leur rôle et leur identité face à l’agressivité passagère de leur enfant. Un étayage psychologique peut donc aussi leur être nécessaire.

Le mal être de l’adolescent peut prendre des formes très diverses,

Autant par des passages à l’acte : conduites à risques, troubles du comportement alimentaire, addictions,  prise de substances psycho actives, fugues, tentatives de suicide….

Que par des manifestations beaucoup moins visibles mais pour autant pas moins douloureuses : mal être, isolement, repli, dépression, auto mutilations….

Lors de la première rencontre, l’adolescent choisit de venir avec ses parents ou non. La présence des parents peut être un appui pour le premier contact mais peut aussi déranger l’adolescent pour amener les raisons de sa démarche.

En fin d’entretien, les parents sont conviés pour discuter de l’engagement du suivi et des modalités de ce suivi. Lorsque le suivi est engagé, les entretiens ont lieu avec l’adolescent seul.

Néanmoins, des entretiens avec les parents pourront être à tout moment sollicités par ces derniers, le psychologue ou l’adolescent.

Adultes

La psychothérapie pour les adultes se déroule sous forme d’entretiens en face à face. Comme pour l’enfant et l’adolescent, le premier rdv nous informe sur ce qui amène le patient à venir consulter.

Chaque individu ayant sa singularité propre, on ne réagit pas aux choses de la même manière et l’on n’a pas forcément besoin de souffrir d’une psychopathologie pour consulter. L’entretien pourra prendre des formes différentes selon le patient et ses besoins (entretien à tendance analytique ou au contraire davantage directif).

Les raisons qui conduisent à consulter sont multiples et variées, il peut s’agir de difficultés d’ordre :

– personnelles : anxiété, stress, tristesse, angoisse, phobie, addiction, troubles du sommeil, alimentaires, somatiques, etc.
– familiales : séparation, divorce, deuil, difficultés éducatives, etc.
– relationnelles : difficultés de communication avec son entourage, manque de confiance en soi, affirmation de soi, isolement, etc.
– professionnelles : souffrance au travail, stress, surmenage, harcèlement physique ou moral, licenciement, etc.

Que ce soit un événement de vie ou bien un vécu de souffrance psychique, il est important de savoir que l’on peut se faire aider et que quelques séances parfois suffisent pour reprendre le cours de sa vie plus apaisé.

Cette démarche peut aussi se faire lorsqu’on a le désir d’entreprendre un travail sur soi. Un questionnement sur soi, sur son histoire, l’envie de travailler sur un projet personnel peuvent également motiver une démarche vers un psychologue.